Le Depot Boijmans : une « première » artistique

Regard sur le premier dépôt d’art au monde, qui soit accessible au public

Inspiration 12 juillet 2022

La première chose que l’on voit quand on entre dans le Museumpark (le parc des musées) à Rotterdam, c’est la façade miroitée du Depot Boijmans van Beuningen. Le bâtiment n’est pas seulement unique : c’est aussi le premier dépôt d’art au monde, qui soit accessible au public. Le dépôt héberge l’intégralité de la collection d’art du Musée Boijmans van Beuningen. Plus de cent cinquante mille œuvres d’art sont exposées dans les quatorze salles du dépôt, dans des conditions climatiques parfaites. Le dernier étage du dépôt est enrichi de quatre – ou plutôt six – belles portes sur pivot en chêne avec le matériel FritsJurgens à l'intérieur.

Le moment est finalement arrivé le 5 Novembre 2021 : le Depot Boijmans a été officiellement ouvert, par le roi Willem-Alexander en personne. Après la construction du dépôt, qui a duré plus de quatre ans, les premiers visiteurs ont finalement pu accéder à la collection de plus de 151.000 œuvres d’art. Avant la construction, seule une partie de celle-ci était exposée au Musée Boijmans van Beuningen, qui pouvait héberger seulement 3.000 œuvres d’art. La plus grande partie de la collection était stockée et rangée dans des dépôts, inaccessible au public. Aujourd’hui, on peut admirer l’intégralité de la collection, célèbre dans le monde entier, au Depot Boijmans.

De l’art, mais pas un musée

Bien que le dépôt soit ouvert au public, la fonction du bâtiment n’est pas la même que celle du musée adjacent. Le Depot Boijmans n’organise pas d’expositions : les œuvres d’art sont classifiées en fonction de leur matière et de la discipline. Les visiteurs peuvent déambuler et regarder la collection seuls ou faire une visite guidée. Comme le dépôt est un lieu de travail, on a un aperçu de l’activité du musée derrière les coulisses, pendant la visite. On peut regarder par-dessus l’épaule des experts pendant les opérations de restauration et voir comment les œuvres d’art sont préparées pour le transport. Si on choisit de faire une visite guidée pour découvrir le dépôt, on peut aussi entrer dans quelques salles de dépôt, ce qui permet d’admirer l’immense collection du Musée Boijmans van Beuningen encore de plus près.

43_depot-bvb_november-2021_(c)aad-hoogendoorn.jpeg

Le dépôt possède quatorze salles climatisées équipées de racks, d’étagères et d’armoires pour tous les types d’œuvres d’art. Il y a cinq climats et plusieurs niveaux d’humidité afin de créer les conditions parfaites pour les peintures, les métaux, les matières organiques et inorganiques, et pour les photographies en noir et blanc et en couleur. Dans les salles de dépôt, l’humidité et la température sont maintenues à un niveau stable. Du palier, des escaliers et de l’ascenseur, vous pouvez voir les œuvres d’art de tous les angles. « C’est comme si on entrait dans une bibliothèque pour chercher un livre particulier et que l’on découvrait à la place, dix nouveaux livres. Au dépôt, il est fort à parier que vous serez agréablement surpris par des œuvres d’art que vous n’avez jamais vues nulle part, » dit le directeur du musée, Sjarel Ex.

57_depot_november_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

Le grand transfert

Le transfert de toutes les œuvres d’art a dû être fait avec le plus grand soin, explique Sjoerd Voss, chef de projet pour la relocalisation du Depot. Quand le travail a commencé en Janvier 2019, la collection Boijmans était dispersée dans cinq endroits aux Pays-Bas et en Belgique. « Nous connaissons le poids, les dimensions, la matière et le volume de toutes les œuvres d’art. Dès que nous avons eu une idée claire sur le futur emplacement des œuvres d’art dans le nouveau dépôt, tout le travail de mise en place a pu commencer. Chaque déplacement d’un élément de musée doit être enregistré – à partir du moment où il est soulevé jusqu’à son arrivée à son nouvel emplacement. Un élément ne peut jamais être déplacé sans être enregistré quelque part. C’est une obligation quand on déplace des œuvres d’art. Elles ne sont pas notre propriété, elles appartiennent à la communauté, » explique Voss.

Afin d’assurer la meilleure protection de l’œuvre d’art, tous les espaces la contenant pendant le transfert ont été climatisés : des camions aux sites de déchargement. Ensuite, les œuvres d’art ont été transférées par catégorie dans les salles de dépôt spéciales, dans le respect total des exigences climatiques pour la matière concernée.

27_depot-bvb_august-2021_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

Un chef d’œuvre durable

La température et l’humidité dans toutes les zones climatisées sont gérées à partir de la salle technique, dit Wout Braber, responsable de l’hébergement et de la maintenance. « Le système high-tech dans cette salle est un système de pointe. Grâce à l’utilisation d’unités de traitement de l’eau et de l’air et d’unités d’humidification, nous créons un air spécial pour les différentes zones et salles. Résultat, le dépôt représente un défi unique en termes de technologie et d’accessibilité. Montrer l’intégralité de la collection : c’est précisément ce que nous rendons possible ici. Ce que je préfère, ce sont tous les dispositifs intelligents dans la salle technique. Réussir à réaliser un bâtiment durable avec des exigences climatiques si élevées, c’est vraiment quelque chose de très spécial. Cela a donné beaucoup d’occupation à de nombreuses personnes. Il est impossible de faire mieux. »

35_depot-bvb_september-2021_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

Lors de la construction du dépôt, on a surtout utilisé des matériaux ayant une origine durable, comme les granulats recyclés dans le béton. Grâce au choix de matériaux et de technologies innovants, la consommation d’énergie du bâtiment est très efficace. Par exemple, le bâtiment dispose de systèmes de chauffage par le sous-sol et d’entreposage frigorifique, et des unités de stockage de l’eau de pluie fournissent de l’eau pour le jardin situé sur le toit et les toilettes. De plus, le dépôt utilise un éclairage à LED et des urinoirs sans eau. Des panneaux solaires sur le toit alimentent tout le bâtiment. En savoir plus sur Depot Boijmans van Beuningen.

tbcdepot.jpg

L'environnement reflété

La construction du dépôt a été commandée par la municipalité de Rotterdam, sur un projet de l’architecte Winy Maas. C’est un cofondateur de MVRDV, un cabinet d’architecture basé à Rotterdam. Son ambition était de concevoir un dépôt public le plus invitant possible, où les visiteurs se sentiraient bienvenus. Concrètement, l’objectif était de créer un bâtiment ouvert, qui montrerait d’une manière transparente comment la collection d’art est préservée. Voilà la pensée qui sous-tend la forme ronde du dépôt : comme le bâtiment n’a ni façade avant ni façade arrière, il est accueillant de tous les côtés.

19_depot-bvb_may-2021_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

Une partie de la mission consistait à laisser le Museumpark – où le nouveau dépôt est situé – aussi intact que possible. Plutôt que de changer le caractère du parc, le Depot Boijmans devait marquer le début d’une nouvelle relation avec lui. Maas a respecté cette exigence en dotant le dépôt d’une façade miroitée éblouissante. L’extérieur est composé de 6.609 mètres carrés de verre, divisés en 1.664 miroirs. Cela rend le bâtiment transparent et il se fond dans l’environnement du Museumpark. La façade miroitée donne l’impression que le dépôt est une peinture vivante : parce qu’il reflète l’environnement, il semble chaque jour différent, en fonction du temps.

63_depot_november_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

Rotterdam semblable à une collection d’art

« On veut un bâtiment qui se réconcilie avec son environnement, » explique l’architecte Winy Maas. « Je trouve l’idée d’infinité très importante dans un parc. L’architecture du paysage utilise souvent des miroirs : ils donnent l’impression que l’espace est plus grand. Ainsi, le parc central de Rotterdam reste vert et les miroirs donnent la sensation qu’il est grand. La forme ronde est d’une grande aide. On découvre lentement que l’on peut regarder autour de soi et voir toute la ville qui se déploie devant vous. »

81_depot_november_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

« Ce que j’aime aussi beaucoup dans les miroirs, c’est qu’ils montrent la transformation de l’environnement, » ajoute Maas. « Auparavant, cet endroit était une fosse de construction grise et maintenant, il est de plus en plus vert. Le dépôt marque le développement de Rotterdam. C’est peut-être la seule ville au monde où chaque bâtiment individuel ajoute quelque chose. Depuis que la ville a été bombardée il y a soixante-dix ans, chaque nouveau bâtiment a apporté sa contribution à la ville. Chaque décennie est caractérisée par son propre style, comme un complément à la collection de Rotterdam. »

80_depot_november_(c)ossip-van-duivenbode-1657784381.jpeg

Un jardin sur le toit, primé

Le dépôt mesure environ 15.000 mètres carrés. Les œuvres d’art sont exposées dans tout le bâtiment : de l’entrée au rez-de-chaussée, jusqu’au restaurant avec un jardin sur le toit. Avec une hauteur de 39,5 mètres, il est aussi haut que la tour du musée adjacent, le musée Boijmans Van Beuningen. L’environnement verdoyant où est situé le bâtiment est reflété dans le jardin sur le toit du restaurant. Quand on regarde vers le bas, la verdure du jardin sur le toit se fond avec celle du Museumpark. Le diamètre du toit, qui a été primé, est de 60 mètres. Les bouleaux, les herbes et les pins placés sur le toit aident à retenir l’eau, à promouvoir la biodiversité et à réduire le stress thermique dans la ville.

61_depot_november_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

Le toit accueille au total soixante-quinze bouleaux multi-troncs sibériens et vingt pins. Ils ont été cultivés pour une croissance horizontale, parce qu’ils peuvent s’enraciner dans seulement 60 à 70 centimètres dans le jardin sur le toit. C’est pour cela que les arbres de ce projet ont été préparés pour leur nouvelle demeure, dans une pépinière. Leurs racines sont interconnectées, ce qui rend les arbres résistants aux tempêtes, même à une hauteur de 35 mètres. Un ascenseur à grande vitesse porte les visiteurs du rez-de-chaussée au jardin sur le toit, où ils sont accueillis par une vue époustouflante sur Rotterdam.

60_depot_november_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

Spectaculaire à l’intérieur comme à l’extérieur

Le Depot Boijmans a gagné le prix du public Architizer A+ Awards : un autre trophée sur le tableau des prix et des nominations que le projet du dépôt de MVRDV a remporté jusqu’ici. Le prix a été gagné sur la base de milliers de votes dans la catégorie des Espaces d’exposition et des Galeries. Le dépôt a été préféré parmi les cinq finalistes. Mais ce n’est pas seulement l’extérieur du dépôt qui est spectaculaire : l’intérieur aussi représente une véritable expérience. Pour son agencement, Boijmans a travaillé avec les artistes John Körmeling et Marieke van Diemen. L’artiste visuelle, Pipilotti Rist, a créé une œuvre d’art fascinante pour l’extérieur.

21_depot-bvb_august-2021_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

Körmeling a conçu l’intérieur, y compris l’éclairage du hall d’entrée. Il a remplacé le mur entre le hall d’entrée et le dépôt d’art (qui était en pierre à l’origine) par du verre. Ainsi, on peut admirer la salle du dépôt circulaire en entrant. Dans le hall, il a fait installer un balcon détaché qui suit la forme ronde du bâtiment. Van Diemen a eu la mission de concevoir le labyrinthe : un labyrinthe tridimensionnel dans l’atrium du dépôt. Celui-ci comprend des vitrines flottantes où sont exposées des œuvres d’art et d’autres éléments de la collection. L’atrium part du premier étage du dépôt et arrive jusqu’au toit du bâtiment.

69_depot_november_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

Un aperçu en avant-première

La journaliste spécialisée en architecture, Kristen Hannema, a fait un voyage de découverte au dépôt et a décrit ainsi ses expériences dans l’atrium, dans le journal Volkskrant : « Au-dessus de vous, il y a un tapis de « gemmes » étincelantes, sous vos pieds, il y a de l’argent scintillant et vous regardez en bas vers une sculpture médiévale. Trois grands ascenseurs en verre – deux pour le public, un pour les œuvres d’art – filent le long d’un espace en béton, verre et acier, haut de plusieurs mètres, dans lequel les escaliers montent comme dans un dessin de Piranesi. En se promenant dans cet endroit, qui devient plus large et plus lumineux au fur et à mesure que vous montez, vous regardez d’une voûte à l’autre, et ensuite, tout à coup, vous vous trouvez tête à tête avec une personne chargée de la restauration qui manie une œuvre d’art sur une « dalle ».

70_depot_november_(c)ossip-van-duivenbode.jpeg

Des portes sur pivot au sixième étage

Les ascenseurs en verre vous portent au sixième et dernier étage du dépôt en un rien de temps. C’est ici que vous trouvez – près de la salle technique – le restaurant et l’espace événementiel. Ceux-ci sont reliés par une passerelle que les visiteurs peuvent utiliser pour traverser l’atrium. Cette passerelle est dénommée « vitrine 13 » car elle accueille aussi des œuvres d’art. L'espace événementiel contient quatre portes sur pivot en chêne de Road Bovenbouw avec le matériel FritsJurgens à l'intérieur. Celles-ci ferment la salle élégamment ou y donnent accès, en fonction des besoins. Quand il n’y a pas d’événement en cours, elles restent ouvertes – à 90 degrés. Elles offrent un beau spectacle quand elles sont toutes ouvertes les unes à côté des autres sous le même angle, et permettent d’avoir une vue impressionnante sur la ville de Rotterdam.

Art and pivot doors: a great combination

Tous à travers une porte

Les portes sur pivot mesurent 2 mètres de large, 4,5 mètres de haut, et pèsent environ 300 kilos chacune. Cependant, il suffit d’une légère poussée pour les mettre en mouvement. C’est toujours une grande surprise, dit Jeroen Iemhoff. En tant que responsable des ventes à FritsJurgens, il a été étroitement associé au projet Boijmans. « Les visiteurs montrent un très grand intérêt pour les portes, en raison de leur taille et de leur mouvement fluide. Les miroirs placés au-dessus d’elles les font même apparaître deux fois plus grandes. Le fait que l’on ne voit ni charnières ni serrures crée un effet très spécial. Un détail sympathique : l’une des quatre portes contient une porte plus petite, en particulier pour les employés du restaurant. Ainsi, ils peuvent entrer dans l’espace événementiel sans devoir ouvrir les larges portes. »

depotboijmans-fritsjurgens-pivot-hinge-systems-12.jpg

Le Depot Boijmans correspond à tous égards à la définition d’une Œuvre d’art totale (en allemand : Gesamtkunstwerk) : chaque élément, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, et partout ailleurs, a été formé grâce à l’interaction de plusieurs artistes. Du projet magnifique aux œuvres exposées : chaque élément joue un rôle unique dans le premier dépôt d’art public au monde. Y compris les portes sur pivot de Roord Binnenbouw avec le matériel FritsJurgens à l'intérieur, qui mettent le paysage urbain de Rotterdam à portée de main ou qui créent une atmosphère d’intimité pendant un événement privé. Quelles que soient les raisons qui vous font venir, une visite au centre d’attraction unique que ces portes représentent dans le Museumpark de Rotterdam, est le début d’une aventure artistique.

Voulez-vous en découvrir plus sur des projets particuliers de portes sur pivot?

Inscrivez-vous au Projet Phare du Mois et au Blog de FritsJurgens et restez à jour sur toutes les tendances des portes sur pivot.

Interested in
Merci de vous être inscrit.